Glory alléluia !

Chroniques parisiennes
jeudi 14 mars 2002
popularité : 15%

Ben, c’est pas trop tôt ! Cette réflexion est triplement d’actualité : elle s ’applique à la fois à la première victoire du RCV depuis des semaines (voire des mois…) face à St Pol, à la fin de mes vacances forcées pour cause de dégâts causés par les bactéries tueuses perfidement enfouies dans les couches supérieures de l’écorce terrestre au niveau de notre terrain d’entraînement, et surtout à l’arrivée annoncée d’un nouveau vrai complexe sportif rugbystique dont la taille envisagée n’a d’autre équivalent que celle de l’ego de Bébert, ce qui n’est pas peu dire…

Pour ma part, je ne me laisserai pas aller à la nostalgie béate exprimée par Chat Crevé à l’évocation de nos futurs ex-locaux de Nungesser, même si j’aime à me souvenir que c’est au Club House que j’ai, pour la première fois de ma vie, mangé du cassoulet à trois francs la boîte de format familial, assaisonné au vinaigre blanc, et que c’est dans ce même Club House que j’ai assisté à mes premiers cours de réanimation de morue. Non, la nostalgie ne peut me faire oublier que, l’âge aidant, j’apprécierais volontiers un tant soit peu de confort, comme de pouvoir éliminer la bière autrement que les pieds dans la boue et le front contre un Portakabin, ou de pouvoir enfin regarder un match assis, à l’abri de la pluie et du vent, voire un demi à la main. Et puis, je dois le dire, je suis assez curieux de connaître les résultats de l’analyse géologique qui pourra être effectuée à titre posthume sur la composition du terrain de Nungesser. Nul doute que l’on y retrouvera des traces d’excréments d’animaux divers, à poils ou à plumes, ainsi que des restes de merguez et de tranches de lards, mélangés à de la bière et du pastis, le tout imparfaitement digéré. Je ne serais pas étonné qu’en retournant la terre côté en-but on y retrouve également des morceaux de cadavres en décomposition, provenant probablement de joueurs marcquois ou saint-polois particulièrement sympathiques qui avaient dû essayer d’arrêter Bouboule dans une de ses courses à l’essai ou de le chatouiller dans un regroupement, et qui comprirent leur erreur un peu trop tard…

Enfin, qu’il me soit permis d’évoquer ici un point délicat concernant ce futur complexe : son nom de baptême. Bien sûr, on peut légitimement suggérer de donner au stade le nom du fondateur du club (solution politiquement correcte et consensuelle), voire du joueur du RCV le plus prestigieux de tous les temps (polémique garantie). Je pense que d’autres solutions sont possibles voire souhaitables. La 1ère consisterait à lui donner le nom d’une personnalité que l’on pourrait inviter à l’inauguration, par exemple Emmanuelle Béart ou Laetitia Casta (toutes suggestions sont les bienvenues). Enfin, ma solution préférée serait d’utiliser un nom inspirant le respect, voire la peur, aux adversaires, tout en étant facilement mémorisable. " Stade Jack l’éventreur ", ça aurait de la gueule ! (NDCC : personnellement je pense qu’Emmanuelle Béart est d’une connerie a faire peur, ce qui permettrait de remplir les deux objectifs !)


Brèves

31 mars 2008 - Le site du RCV en Chti

Afin que tous les valenciennois puissent comprendre le site, celui-ci a été traduit !
(cliquez (...)

26 novembre 2007 - Carnet noir

Le père de notre ami Olivier Petitcunot, dirigeant du RCV, est décédé dans la nuit de vendredi (...)

4 octobre 2007 - Des hormones féminines dans la bière ?

Lors de la dernière troisième mi-temps on discutait de choses et d’autres, lorsque (...)

1er octobre 2007 - Une excellente histoire

Sur le parking du bar. Un gars sort du bar en titubant. Un véritable désastre !! Il lui faut 5 (...)

14 septembre 2007 - Humour...

Un homme est assis dans un stade de RUGBY. C’est la finale de la Coupe de Monde, toutes (...)