Fermez couloir ! (résolution pour 2003)

Coup de griffe de chat crevé
dimanche 12 janvier 2003
popularité : 14%

Rien à faire, j’my fais pas - C’est décidé, pour la nouvelle année je prends une putain de résolution - que dis-je un engagement - devant la France entière : JE NE BEUGLERAI PLUS SUR LES ARBITRES. C’est dit, ma décision est irrévocable ! Fermez le ban et, pendant que vous y êtes, fermez aussi couloir, ça fait courant d’air. Mais si j’ai promis de me taire, je me suis bien gardé d’évoquer mes modestes écrits. Alors accordez-moi en guise de chant d’adieu cette mini-série de trois portraits d’arbitres, avec la certitude que ceux-ci n’y verront qu’une amicale taquinerie et une franche exagération de leurs petits travers.

ALL INCLUSIVE

Les arbitres auxquels on pense ici sont capables de programmer l’ensemble du dimanche, du petit-déj. à la soirée aux urgences. Ils te lacent les crampons, répondent aux questions des journalistes, posent glamour pour la presse, tentent les pénalités, relèvent les mêlées, font reculer les spectateurs derrière la main courante (qu’ils ont installée eux-mêmes sur le coup de 12 h 30). Ils beurrent les sandwiches, dégoupillent les canettes, font risette au môme, organisent un son et lumière sur la nouvelle interprétation de la règle du rétropédalage dans l’intervalle avec double stamping sur l’auriculaire droit (révisée Genève 1933-65, conférence d’Helsinki). Ils s’o-ccu-pent de tout. Le problème avec ce genre de personnage, réside dans leur tendance à décider également du vainqueur à l’heure de jeu quand, tout d’un coup, ils décident de faire rentrer les gus sains et saufs au vestiaire. En une demi-heure, le train sifflera trois fois moins qu’eux en trente secondes. Ce n’est pas un match qu’ils terminent c’est un steak haché qu’ils recomposent. On peut voir ça comme un sens aiguë des responsabilités. Mais y’ a rien à faire, c’est agaçant de voir coexister le terme directeur - symbole de l’autorité - et celui de jeu qui évoque plus franchement une certaine idée de l’amusement voire de la poilade.

SURTOUT NE PAS SE RETOURNER !

Pour pénétrer sur certaines prairies du comité, un mois de janvier, terne et froid, il faut, avouons-le, une certaine dose d’abnégation. Mais cela n’empêche pas une certaine indifférence coupable, plus fréquente dans certaines arènes du Pas-de-Calais. Mais déjà à l’arrivée sur les lieux, l’ambiance moite des vestiaires lui a nettoyé les pores de la peau, le souffle des tribunes l’a décoiffé et, en rentrant dans le local technique qui lui tient lieu de vestiaire, un drôle de frisson glacé lui est descendu le long de la colonne vertébrale. A la fin de la saison, c’est sûr, terminé, bernique, sa dem’ partira au comité par porteur spécial. A lui Drucker, les blagues de Bruno Masure et l’intégrale de dimanche Martin qu’on lui a offert pour Noël. Dans cinq minutes, il sera sur le pré mais pour l’instant, il prie. Il avale un bon gorgeon d’eau bénite dans la gourde ramenée de Lourdes par Tata Simone. A 15 h 02, les deux équipes sont déjà sur le terrain en train de s’empaler avec les poteaux. C’est parti ! Les deux jumeaux sont entrain de jouer au Jokari avec la tête du jeune talonneur (Surtout ne pas se retourner !) Le 3/4 centre vient de briser comme une brindille le tibia et le péroné de son vis-à-vis (Surtout ne pas se retourner !)… Un seul constat dominera à 16 h 20 (comme d’ailleurs dans la presse du lendemain, en général peu loquace sur ce genre de match) tout s’est passé dans un sain état d’esprit... A part bien sûr ces salauds de pompiers, coupables de lourdes déprédations sur le terrain du fait de leur 44 allers et retours en estafette.

TU VAS PARLER CREVURE !

En regardant celui-là dans les yeux, on sait qu’il vient de passer une mauvaise semaine et que toi, par conséquent, tu vas passer un TRES mauvais après-midi. Tu vas TOUT payer. TOUT ! Les humeurs de son chef de bureau, celles de sa femme migraineuse après 20 h. depuis 33 ans, la casserole de bœuf mironton qui a mis le feu à la baraque dimanche dernier, les oreillons du pt’i, l’homosexualité de l’aîné, et dans des cas plus rares, sa carrière de rugbyman ratée. La vie de celui-là est un lit de merde douce et tiède. Et toi, fumier de jeune, tu lui offres sur un plateau d’argent l’occasion de te le faire payer. Interdit de péter en mêlée, de se moucher dans les doigts, d’attaquer à plat, en profondeur ou même en reculant. Il a pris de soin de vérifier la dimension du terrain avec son double décimètre ; toutes les licences ont été passées au carbone 14 ; chaque joueur subit un interrogatoire la lampe de bureau braquée dans les yeux (tu vas parler crevure !). Le match commence à 15 : 00, pile, marquées à sa montre atomique. Les lancers en touche ne sont validés qu’au viseur laser. Il passera en 80 minutes tous les articles du règlement en revue depuis la taille des chaussettes jusqu’à la marque des protège-épaules, en passant par le cercle des 10 mètres (et non 9 m 85, monsieur !) Dans ces cas là, le public, aussi maigre soit-il, devient susceptible, voire sarcastique et toi, fumier jeune, tu sais que toute réflexion (Ta mère a des dettes à Auchan, Ta femme couche avec Nelson Monfort [Fluide Glacial, Le sport, in Les guides, 2002, p. 7]) sera payée au centuple Pour peu, que ce sympathique garçon se soit forgé une rancune tenace envers ton club, là - fumier de jeune - il n’y a plus rien à faire, à part changer de crémerie, de comité et peut-être même de sexe pour tromper l’ennemi.

Après ça les gars, si vous montez en N III, vous êtes franchement fortiches. Allez, bonne année.

Foi de chatcrevé

Pour une autre vision de pshychologie arbitrale


Brèves

31 mars 2008 - Le site du RCV en Chti

Afin que tous les valenciennois puissent comprendre le site, celui-ci a été traduit !
(cliquez (...)

26 novembre 2007 - Carnet noir

Le père de notre ami Olivier Petitcunot, dirigeant du RCV, est décédé dans la nuit de vendredi (...)

4 octobre 2007 - Des hormones féminines dans la bière ?

Lors de la dernière troisième mi-temps on discutait de choses et d’autres, lorsque (...)

1er octobre 2007 - Une excellente histoire

Sur le parking du bar. Un gars sort du bar en titubant. Un véritable désastre !! Il lui faut 5 (...)

14 septembre 2007 - Humour...

Un homme est assis dans un stade de RUGBY. C’est la finale de la Coupe de Monde, toutes (...)