Même pas vrai !

Coup de griffe de chat crevé
mardi 7 janvier 2003
popularité : 18%

Rien à faire j’my fais pas ! Les expressions toutes faîtes m’épilent les boules, m’agacent l’occiput, me raidissent le rhomboïde. Et parmi le stock de conneries que les lieux communs trimballent j’en prends une (au hasard) : Seule la victoire est belle ! Et bien fumier de jeunes c’est rien que des calembredaines. Je te propose donc cinq (heu ! disons 3) raisons essentielles pour lesquelles je prétends le contraire. Je te renvoie au prochain n° de l’Oval pour un article du philosophe de service et compléter ta vision en la matière.

1. Et d’une, on le sait fort bien, si la Victoire est belle, je le concède, ce n’est pas la seule. Et oui, aussi vrai que je m’appelle Chat crevé, premier du nom, j’ai connu personnellement une Marguerite qui était dix fois plus gironde que la Noiraude et conséquemment cent fois plus bandante que la Victoire. CQFD ! Si Noiraude et Marguerite sont plus belles que Victoire, la susdite expression ne vaut pas plus qu’une hormone (même mâle), d’un avant de Marcq en Baroeul. Bon j’exagère disons d’un avant du LUC.

2. D’autre part, et ce n’est pas vous faire plaisir, mais il me semble que la défaite a quelque chose de noble qui ne peut rivaliser avec l’éructation vulgaire qui suit une vague correction infligée au premier troupeau de chèvres qui passe. Un homme qui souffre, déséquilibré par la gîte caractéristique d’une fracture de la clavicule ou (au hasard) d’une sub-luxation -, un avant qui pleure sur l’épaule de son capitaine lors d’une après-midi maudite et ensoleillée à Cambrai, un coach qui hurle son désespoir rentré de ne plus participer à sa joute hebdomadaire, Cha ché beau !

3. Enfin, et pour finir, ce qui paraît sans rival (lorsque, je te le concède, tu atteins un certain âge) c’est tout ce qui reste lorsque le rugby s’arrête, que les crampons sont rangés et que tu reviens sur le passé, tes amis rassemblés et la descendance assurée. Le souvenir d’une chistera anonyme entre deux avants, un clin d’oeil à la sortie d’un vestiaire, un bon vieux bourre-pif sortit du fond des tripes, une réception parfaite dans un marécage de boue, de sang et de tripes, un deux contre un parfaitement négocié entre Deltombe et Kapala (là je pousse, on n’est pas obligé de tomber dans la science fiction).

Pensez-y le premier dimanche de la reprise en janvier lorsque la seconde phase débutera. Gagner c’est bien, progresser c’est mieux, s’accomplir n’a pas d’équivalent, connaître ses limites reste sans pareil. La victoire dans tout ça ? On s’en tape ! A condition bien sûr de pulvériser Marcq en baroeul, d’atomiser Bailleul, de laminer Saint-Pol, d’assommer Béthune et... peut-être, histoire de travailler en profondeur et de ne rien laisser au hasard, de repulvériser Marcq une petite fois pour la route. En effet, je ne sais pas pourquoi mais plus je fréquente ces jeunes hommes (du bords de la touche) plus je les trouve sympathiques (et surtout spirituels).

Foi de chat crevé


Brèves

31 mars 2008 - Le site du RCV en Chti

Afin que tous les valenciennois puissent comprendre le site, celui-ci a été traduit !
(cliquez (...)

26 novembre 2007 - Carnet noir

Le père de notre ami Olivier Petitcunot, dirigeant du RCV, est décédé dans la nuit de vendredi (...)

4 octobre 2007 - Des hormones féminines dans la bière ?

Lors de la dernière troisième mi-temps on discutait de choses et d’autres, lorsque (...)

1er octobre 2007 - Une excellente histoire

Sur le parking du bar. Un gars sort du bar en titubant. Un véritable désastre !! Il lui faut 5 (...)

14 septembre 2007 - Humour...

Un homme est assis dans un stade de RUGBY. C’est la finale de la Coupe de Monde, toutes (...)