Un samedi à Marseille

dimanche 9 septembre 2007
par  Christophe
popularité : 14%

Samedi, 6 heures du mat’, le réveil sonne. Constat immédiat : tête dans le cul. Un premier flash : 12-17. Puis, petit à petit, le puzzle de la soirée précédente se reconstitue. Putain, on a perdu ! Nous avions beau savoir que ce match d’ouverture contre les Argentins était un piège, le réveil est douloureux...

Bon, allez, douche et petit déj’ en vitesse puis direction la Gare de Lyon pour choper le TGV direction Marseille. Je retrouve à la gare Yves, alias Tiobiloute, catalano-italo-parigot de son état, qui va encourager les Italiens pendant que, pour ma part, j’encouragerai les représentants de ma seconde patrie, la Nouvelle-Zélande.

Dans le TGV, la lecture de L’Equipe et de l’édition spéciale du Midol n’apporte pas vraiment les explications du désastre de la veille. Les Argentins ont joué exactement comme on pensait qu’ils le feraient ; l’arbitre anglais a été aussi mauvais qu’on l’attendait, même si cela n’explique pas tout, bien sûr ; et personne ne s’explique vraiment la piètre performance des Français tétanisés par l’événement, même si les vieux poncifs concernant l’incapacité des Bleus à tenir leur rôle de favoris sont dans toutes les têtes. Une petite heure de sommeil plus tard, Tiobiloute me signale que l’individu ventripotent à côté de nous semble être une huile de l’IRB qui a rempli ce qui ressemblait à un formulaire d’appréciation concernant M. Spreadbury, arbitre de la veille, en lui mettant plein de petit +... Après avoir hésité à lui péter la gueule, nous décidons d’aller prendre un café au bar pour nous calmer...

En descendant du TGV, nous constatons que deux Philippe célèbres (Sella et Dintrans) ont fait le voyage dans le même TGV que nous. J’espère que cela leur a fait plaisir... Direction le métro pour rejoindre le stade. Arrivés à la station Sainte-Marguerite Dromel, nous sommes plongés dans les odeurs de merguez et de kebab qui nous indiquent que la destination est proche. Une petite entrecôte-frites-Leffe à la terrasse d’un troquet, puis direction le Stade Vélodrome. Arrivés dans l’enceinte du stade, nous profitons de l’ombre sous les gradins pour boire une petite bière (il fait très chaud), puis direction la tribune de Peretti ou nous investissons les gradins habituellement dévolus à la bande des Fanatics, supporters de l’OM bien connus. Au moins, je pourrai dire que j’ai suivi un match au Stade Vélodrome dans la tribune des Fanatics...

Construit sur un site superbe, avec vue panoramique sur les montagnes environnantes, le Stade Vélodrome présente la particularité anti-démocratique de ne posséder qu’un seul côté couvert (celui de la tribune présidentielle, bien sûr) pendant que les trois-quarts des places sont à l’air libre. Installés tout en haut du virage Nord, nous profitons à la fois de la vue et du soleil en pleine face. De nombreux spectateurs finiront, comme nous, la tronche écarlate...

Au moment des hymnes, Tiobiloute à ma gauche et deux supporters italiens sur ma droite chantent "Fratelli d’Italia" à tue-tête. Je me venge avec le "God defend New-Zealand", bien aidé par de nombreux supporters néo-zélandais autour de nous. Après le haka que les All Blacks réalisent en nous tournant le dos (les rustres !), le match commence sur les chapeaux de roue. Il faut six minutes aux joueurs en noir pour marquer autant de points que les Bleus la veille avant que la transformation de Carter ne les amène au score de 14-0. Les Blacks déroulent leur jeu et on commence petit à petit à craindre la correctionnelle pour les Italiens que le public soutient du mieux qu’il peut. Mes voisins transalpins quittent d’ailleurs le stade vers la demi-heure de jeu, juste avant que leurs joueurs ne marquent un bel essai en contre, dommage !

Durant la deuxième période, les Italiens, toujours bien soutenus par les spectateurs, semblent un temps un peu moins en difficulté mais rien n’y fait. Malgré tout, l’essai de Bergamasco leur permet de sauver l’honneur. Au passage, je me satisfais du bon comportement des joueurs du Stade Français Paris, même si, la veille, je n’ai pas apprécié autant que d’habitude la performance de Pichot, Hernandez, Corleto et Roncero...

Après le match, Tiobiloute fixe rencard à sa cousine Martine et son mari pendant que je contacte Dudul (non, pas celui qui rit quand on l’..., l’autre, celui de la grosse b... à Dudul !), accompagné de son neveu. Nous nous retrouvons tous pour prendre une bière au Snack de l’Olympien. Enfin, plus exactement deux bières, d’ailleurs, puisque, bizarrement, il y a rupture de stock sur les gobelets de 50cl et qu’il n’y a plus que des gobelets pour nains, d’une contenance de 25cl. Il va falloir que la logistique s’adapte au rugby et aux rugbymen...

Bon, ben voilà, la Coupe du Monde est lancée... Encore trois semaines à patienter avant de connaître les quarts de finalistes et de savoir qui accompagnera dans cette suite les Blacks, les Wallabies et les Springboks qui, eux, n’ont pas vraiment raté leurs débuts dans la compétition...


Les résumés des matchs de la Coupe du Monde sont disponibles sur le site d’Eurosport. Ainsi, pour Italie-Nlle Zélande : http://www.eurosport.fr/rugby/coupe-du-monde-exclusif/2007/mcplayervideo_vid51015.shtml


Commentaires  (fermé)

Logo de tia
mardi 11 septembre 2007 à 19h30 - par  tia

Je suis la tia du tiobiloute,

ET MERDE !!!!!!

VIVE LA FRANCE !!!!!!!!

Brèves

31 mars 2008 - Le site du RCV en Chti

Afin que tous les valenciennois puissent comprendre le site, celui-ci a été traduit !
(cliquez (...)

26 novembre 2007 - Carnet noir

Le père de notre ami Olivier Petitcunot, dirigeant du RCV, est décédé dans la nuit de vendredi (...)

4 octobre 2007 - Des hormones féminines dans la bière ?

Lors de la dernière troisième mi-temps on discutait de choses et d’autres, lorsque (...)

1er octobre 2007 - Une excellente histoire

Sur le parking du bar. Un gars sort du bar en titubant. Un véritable désastre !! Il lui faut 5 (...)

14 septembre 2007 - Humour...

Un homme est assis dans un stade de RUGBY. C’est la finale de la Coupe de Monde, toutes (...)